RaciNes...

Suivez l'Arbre@Palabre

Rss de l'Arbre à Palabre     Twitter de l'Arbre@Palabre     Suivez l'Arbre@Palabre sur Facebook


Connexion

   Tous les messages (Simon)

 Bas   Précédent   Suivant



Re: Plan?
Membre
Inscrit:
20/01/2007 20:13
Messages: 2
J'espère ne pas arriver trop tard...En tout cas, pour la partie me concernant, ce qui a été rajouté me semble très satisfaisant.Bonne fin de travail...




edit: juste une coquille repérée dans le paragraphe que tu as rajouté sur les PVD et PMA : rajoute un "n" à "rejoignat".

Posté le : 28/01/2007 23:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: PRESENTATION de la FAO
Membre
Inscrit:
20/01/2007 20:13
Messages: 2
Sociologie des relations internationales



Simulation de négociations internationales : le dossier agricole dans la libéralisation du commerce international


Quelles sont les relations de la FAO (Food and Agriculture Organization) avec ces autres institutions ?


--> avec l’OMC (Organisation mondiale du commerce)

Le FAO est dans une relation de subordination à l’égard de l’OMC, non pas du point de vue légal, mais dans les faits. En effet, le FAO se doit, d’après ses missions, d’« apporter à ses Etats Membres, l’assistance et les conseils techniques nécessaires pour préparer leur adhésion à l’OMC et pour ajuster en conséquence leurs politiques agricoles et alimentaires intérieures. »


--> avec la Commission européenne, direction générale du commerce

On peut parler d’une collaboration assez étroite entre le FAO et la Commission européenne, cette dernière partageant – du moins, en paroles – les objectifs de la FAO (aider les pays en développement à s’insérer dans l’économie mondiale et, par ce biais, faire reculer la faim dans le monde). A l’occasion de l’inauguration du service en ligne Export Helpdesk, Alexandre Sarris – directeur de la Division des Produits et du Commerce de la FAO – a évoqué « le partenariat stratégique entre la FAO et la Commission européenne. »
Toutefois, l’attitude de la Commission européenne n’est pas sans ambiguïtés : dans bien des cas, il semble que la Commission européenne ne suit les recommandations de la FAO que parce qu’elle estime y avoir intérêt. Inversement, l’Union Européenne (dont la Commission européenne n’est qu’une émanation) fait parfois en sorte que certains sujets ne soient pas abordés par la FAO ou, du moins, que la discussion ne débouche sur aucune mesure concrète. Encore faut-il préciser que la position de l’Union Européenne n’est pas représentative de celle de l’ensemble des Etats qui la composent. Il est sûr, par exemple, que la France a beaucoup plus à perdre que les autres pays communautaires à la remise en cause de la Politique Agricole Commune (PAC).


--> avec les Etats-Unis: United States Department of Agriculture

Les Etats-Unis ont, vis-à-vis de la FAO, une attitude de méfiance, voire d’hostilité (tout comme vis-à-vis de bon nombre d’organismes internationaux, d’ailleurs). Ceci s’explique par la volonté des Etats-Unis de pouvoir agir de manière unilatérale aussi souvent qu’ils le souhaitent. C’est pourquoi les Etats-Unis n’hésitent pas à bloquer les discussions sur des sujets agricoles qu’ils jugent « sensibles » (comme le fait l’Union Européenne) et à utiliser des moyens de pression financiers pour limiter les capacités d’action du FAO (déjà fort restreintes).


--> avec le groupe de Cairns

Le groupe de Cairns est actuellement composé de 18 pays (14 lors de sa création) aussi bien développés qu’en voie de développement – et dont l’Australie est le porte-drapeau. Le groupe de Cairns estime que les diverses mesures protectionnistes dans le secteur de l’agriculture mettent trop de temps à disparaître, notamment parce que le GATT ne s’y employait pas suffisamment. Dans la mesure où la FAO plaide également pour plus de libre-échange (avec, certes, quelques nuances), elle ne fait pas partie des « cibles » du groupe de Cairns. En effet, les actions de ce dernier consistent pour l’essentiel à plaider pour la levée des barrières douanières dans le domaine agricole lors des négociations à l’OMC.


--> avec le groupe ONG : Oxfam ; La Via Campesina

Oxfam est une confédération de 13 organisations dont le but est de réfléchir à « des solutions durables à la pauvreté, à la douleur et à l’injustice. » Oxfam n’est pas, a priori, hostile à la FAO. On apprend même, sur leur site, que, en 1960, la campagne Freedom from Hunger (« la première tentative pour résoudre le problème de l’insécurité alimentaire autrement qu’en se bornant à apporter des sacs de nourriture à ceux qui ont faim ») fut organisée par le FAO et par Oxfam. Oxfam n’hésite pas non plus à s’appuyer sur les études analytiques réalisées par la FAO pour étayer son propre point de vue.

La Via Campesina, un rassemblement de paysans du monde entier, se montre autrement plus critique vis-à-vis de la FAO. Dans un article intitulé « la FAO doit revenir à son mandat initial », en date du 20 novembre 2006, cette association constate que « la FAO s’est progressivement éloignée de son mandat original, tant et si bien que les mouvements sociaux et d’autres organisations de la société civile commencent à se demander si la FAO ne constitue pas un élément du problème plutôt qu’une solution possible. » La Via Campesina n’est toutefois pas favorable à une suppression de la FAO : bien au contraire, elle souhaite qu’enfin les Etats membres donnent à cette institution les moyens de fonctionner pleinement.
Par ailleurs, la Via Campesina déplore les « sabotages » auxquels ont notamment recours les Etats-Unis, le Canada et l’Union Européenne – lorsqu’il s’agit d’empêcher la mise en application de mesures qui nuiraient à leurs secteurs agricoles respectifs. Elle déplore également le fait que la FAO se soit « inclinée devant l’OMC, la Banque mondiale et le FMI ainsi que les Accords de Libre Echange. »


--> avec le COPA-COGECA

Le COPA (Comité des Organisations Professionnelles Agricoles de L'Union Européenne) affirme certes dans sa rubrique objectifs qu’il entretient « des relations privilégiées et soutenues avec de nombreuses organisations au-delà des frontières de l’Union » dans le but de « renforcer le dialogue avec tous les interlocuteurs dont dépend le secteur agricole européen. » Mais, dans les faits, le lobbying effectué par le syndicalisme agricole européen est plutôt orienté - tactiquement - en direction de ceux dont les pouvoirs de décision sont réels, ce qui n’est pas le cas de la FAO.

Posté le : 23/01/2007 5:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut





Langues