RaciNes...

Suivez l'Arbre@Palabre

Rss de l'Arbre à Palabre     Twitter de l'Arbre@Palabre     Suivez l'Arbre@Palabre sur Facebook


Connexion

Actualités autour du monde Editorial de l'Arbre à Palabre Faire-Part & faire découvrir Politique Radio 2àP Revue de Presse Arts Cinéma Musique Poésie & Littérature Viticulture & œnologie Pensées Débat Philosophie Rencontre Sciences
Philosophie : Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 19-Jul-2011 (3013 lectures)
Philosophie

Il faut lire Frédéric LordonIl faut lire Frédéric Lordon

Frédéric LORDON ?
L'un des économistes atterrés, le trublion du Monde Diplo, le structuraliste énergétique (et même énergique ! ), le Spinoziste Percutant, le spécialiste des OPA hostiles, le Directeur de recherche au CNRS qui parle de la "paluche baladeuse" de Mâme Le Pen, le prof qui fait des cours sur le Conatus et les affects tristes et joyeux dans le Marché de l'art...

Il faut lire Frédéric Lordon, ne serait-ce que pour retrouver le sourire. Soit seul. Soit avec ses copains, Citton ou Orléan... Des marrants, ces gars. Stimulants pour la pensée. Empêcheurs de ronronner à gauche. Percuteurs d'idées reçues. Il faut lire Frédéric Lordon parce qu'il écrit bien.

Il faut lire Frédéric Lordon - Introduction
I - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »
II - « Joyeux automobiles : Les apories du consentement »
Conclusion
Notes de bas de page
Références bibliographiques

Pour commencer sur l'Arbre à Palabre, je vous propose ma petite lecture (réductrice et orientée) de "Capitalisme, Désir et Servitude", livre paru fin 2010. Et je vous invite à explorer la biblio par vous-même, ou à vous faire plaisir avec l'une de ses conférences à voir sur DM ou YT, ou à regarder les émissions de Arretsurimages.net où il est invité : un régal.

Donc, ma lecture de :
Frédéric LORDON, "Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza", Paris, La Fabrique éditions, 2010. 213 p.

Frédéric Lordon, économique critique – ou encore : économiste hétérodoxe de l’école de la Régulation – directeur de recherche au CNRS et membre du Centre de sociologie européenne créé par Pierre Bourdieu, nous a habitué depuis quelques années, à poser les questions qui fâchent(1). Dans son dernier ouvrage, "Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza", paru en novembre 2010 aux éditions La Fabrique, il s’attaque avec une vigueur jubilatoire à une expression qui fait florès depuis plus d’une dizaine d’années dans tout le champ de la sociologie et de la psychologie de travail, à tel point qu’elle est reprise bien au-delà de ce champ, et dont le sens apparaît précisément comme « allant de soi » : la "servitude volontaire". On ne s’étonnera pas que l’un des sociologues critiques formés par Bourdieu, sociologue qui a notamment développé « l’idée selon laquelle l’action sociale est gouvernée par des dispositions acquises par immersion durable dans des jeux sociaux » [Wacquant, 2002](2) ne se satisfasse pas si facilement de cette « production idéologique » [Bourdieu, 2001] (3) issue du champ de l’analyse du travail.

Syntagme poétique ? Notion ? Concept ? Quoi qu’il en soit exactement, cette "servitude volontaire" – ayant accédé pour beaucoup au statut d’« évidence » - amène Frédéric Lordon à réinterroger le fonctionnement du capitalisme et de son avatar actuel, le néolibéralisme, à travers les concepts spinozistes, ou plus précisément à croiser « l’anthropologie spinoziste des passions» avec « la théorie marxiste du salariat » (4), comme il se doit quand on s’est donné comme projet pluridisciplinaire un «programme de recherche spinoziste en sciences sociales » [Lordon, 2001](5) . Ce faisant, il aborde, à travers la question du libre-arbitre - plus exactement de la « fiction du libre-arbitre »(6) -, ses présupposés et son « rapport avec une certaine configuration intellectuelle au sein de laquelle elle prend son caractère d’évidence ». Cette configuration intellectuelle est pour lui une « métaphysique de la subjectivité » (6) qui a donné lieu à ce qu’il appelle par ailleurs « les psychologismes » [Lordon, 2008](7) . Pour autant, en affirmant que « la servitude volontaire n’existe pas » et en développant sa critique des « apories du consentement »(8) , Frédéric Lordon s’adresse avant tout à la psychologie et à la sociologie du travail, non pour « y ajouter dans leur registre propre », mais pour leur faire une « proposition plus abstraite en laquelle elles pourraient le cas échéant puiser quelques éléments (…). Marx et Spinoza. » (9)

Puisque le projet de "Capitalisme, Désir et servitude" est de s’étonner de cette idée si bien partagée de « volonté de servir, de cette volonté d’être serf » (10), on pourra à juste titre chercher dans le champ épistémologique propre à Christophe Dejours (11) et Roland Gori(12) , tous deux psychanalystes et théoriciens ayant développé et fait connaître le concept, la trace de cette « volonté » ou de tout autre action « volontaire ». Et puisque la thèse de Lordon est placée sous l’égide conceptuelle de Spinoza, dont les spécialistes vantent la plasticité, il ne sera pas scandaleux de « philosopher un peu », en n’oubliant pas cependant que la démonstration de Lordon, pour brillante soit-elle, s’apparente parfois à une « leçon magistrale », sans véritable dialogue pluridisciplinaire, et sans trop de nuances.


La suite I - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »
*************
Sommaire :

Il faut lire Frédéric Lordon - Introduction
I - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »
II - « Joyeux automobiles : Les apories du consentement »
Conclusion
Notes de bas de page
Références bibliographiques
*************

Source de l'image : cc by zigazou76

   Bookmark and Share               Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
sylvain
Posté le: 25/7/2011 16:29  Mis à jour: 25/7/2011 16:29
membre
Inscrit le: 21/9/2006
De: bout !
Envois: 180
 Économistes atterrés: Frédéric Lordon

Langues

Info Articles
News Totals: 178
N°bre Catégories: 16
News lues: 666711

Les Dernieres News
· 1: Le mythe économique comme réalité illusoire
[Lectures: 2198]
· 2: Juste pour le plaisir... Une petite citation
[Lectures: 1555]
· 3: Choisir son maître n'est pas une liberté
[Lectures: 1063]
· 4: L'invention de la crise, escroquerie sur un futur en perdition
[Lectures: 1309]
· 5: Pour conclure - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1466]
· 6: III - Expliquer, c’est répondre à la question « pourquoi ? »Et les anciens semblent avoir une réponse plus rationnelle - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1455]
· 7: II - Quel est le pourquoi de l’esprit ? Comment penser l’émergence des phénomènes mentaux ? - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1402]
· 8: I - Quelques platitudes et généralités : Rapide historique - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1607]
· 9: Finalité et intentionnalité : Enquête sur l’interconnexion des problèmes de philosophie de la nature et ceux de l’esprit
[Lectures: 2774]
· 10: Références bibliographiques - Il faut lire Frédéric Lordon
[Lectures: 1569]

Les + Lues
· 1: Comment faire du vin soi-même ?
[Lectures: 154059]
· 2: La récupération commerciale de l’image de Che Guevara
[Lectures: 17095]
· 3: Harmonie Chaotique
[Lectures: 13836]
· 4: Adentro
[Lectures: 13188]
· 5: ¿Cuál es la diferencia entre República y Democracia?
[Lectures: 12414]
· 6: Comment choisir son vin ?
[Lectures: 11936]
· 7: Se solicita inspiración
[Lectures: 10675]
· 8: Somos todos cartesianos…
[Lectures: 10616]
· 9: Nous sommes le monde en devenir
[Lectures: 10104]
· 10: Doña Eulalia
[Lectures: 9788]

Derniers commentaires