RaciNes...

Suivez l'Arbre@Palabre

Rss de l'Arbre à Palabre     Twitter de l'Arbre@Palabre     Suivez l'Arbre@Palabre sur Facebook


Connexion

Actualités autour du monde Editorial de l'Arbre à Palabre Faire-Part & faire découvrir Politique Radio 2àP Revue de Presse Arts Cinéma Musique Poésie & Littérature Viticulture & œnologie Pensées Débat Philosophie Rencontre Sciences
Flux RSS
« 1 (2) 3 4 5 »
Philosophie : Références bibliographiques - Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 20-Jul-2011 (1569 lectures)

Il faut lire Frédéric LordonRéférences bibliographiques de l'article Il faut lire Frédéric Lordon

Il faut lire Frédéric Lordon - Introduction
I - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »
II - « Joyeux automobiles : Les apories du consentement »
Conclusion
Notes de bas de page
Références bibliographiques


Références bibliographiques :

Arendt Annah, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal (1063), Gallimard, 1966

Bourdieu Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Seuil, 2001

Bourdieu Pierre, Leçon sur la leçon, Editions de Minuit, 1982

Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Fayard, 1982

Caverni Jean-Pierre, Gori Roland (dir.), Le consentement. Droit nouveau du patient ou imposture ? In Press, 2006

# Lire la suite de l'article... | Commentaires ?
Philosophie : Notes de bas de page - Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 20-Jul-2011 (1328 lectures)

Il faut lire Frédéric LordonNotes de bas de page de l'article Il faut lire Frédéric Lordon

Il faut lire Frédéric Lordon - Introduction
I - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »
II - « Joyeux automobiles : Les apories du consentement »
Conclusion
Notes de bas de page
Références bibliographiques


Notes et références:

1. Pour exemple : Fonds de pension : piège à cons ? , Editions Raisons d’agir, 2000, ou « Et si on fermait la Bourse… », Le Monde diplomatique, février 2010, p. 1 et pp. 8-9.

2. Loïc Wacquant, « La vie sociologique de Pierre Bourdieu », Politique. Revue européenne de débat, automne 2002.

3. Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001, p. 368 : « une production idéologique est d’autant plus réussie qu’elle est plus capable de mettre dans son tort quiconque tente de la réduire à sa vérité objective : le propre de l’idéologie dominante est d’être en mesure de faire tomber la science de l’idéologie sous l’accusation d’idéologie : l’énonciation de la vérité cachée du discours fait scandale parce qu’elle dit « ce qui était la dernière chose à dire ». » Pour la démarche de lecture critique de la science, voir Leçon sur la leçon, Paris, Editions de Minuit, 1982, p. 24 : « La science se renforce toutes les fois que se renforce la critique scientifique, c’est-à-dire, inséparablement, la qualité scientifique des armes disponibles et la nécessité, pour triompher scientifiquement, d’utiliser les armes de la science et celles-là seulement. »

# Lire la suite de l'article... | Commentaires ?
Philosophie : Conclusion - Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 20-Jul-2011 (1169 lectures)

Il faut lire Frédéric LordonConclusion

En affirmant - assez brutalement - qu’il « n’y a pas de servitude volontaire, [qu’il] n’y a que la servitude passionnelle » (51), "Capitalisme, désir et servitude" prend le parti d’interroger, de façon à la fois provocatrice et exigeante, une notion apparemment acceptée, pour mieux l’éclairer des doutes que les évidences tendent naturellement à faire disparaître. « S’il est bon de rappeler que les dominés contribuent toujours à leur propre domination, il est nécessaire de rappeler dans le même mouvement que les dispositions qui les inclinent à cette complicité sont aussi un effet incorporé de la domination », nous rappelait Loïc Wacquant au sujet de la conception « intrinsèquement double et trouble » de la domination telle que la définissait Pierre Bourdieu. « Ainsi la soumission des travailleurs (…) n’est-elle point, dans la majeure partie des cas, une concession délibérée et consciente à la force brute des cadres (…). Elle trouve sa genèse dans la correspondance inconsciente entre les habitus et le champ dans lequel ils opèrent. Elle se loge au plus profond du corps socialisé ; elle est, pour tout dire, l’expression de la somatisation des rapports sociaux de domination.(52) » .

# Lire la suite de l'article... | Commentaires ?
Philosophie : II - Joyeux automobiles : Les apories du consentement - Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 20-Jul-2011 (1244 lectures)

Il faut lire Frédéric LordonII - « Joyeux automobiles : Les apories du consentement »

« Spinoza ne laisse aucune chance aux illusions individualistes du moi souverain : « les hommes se trompent en ce qu’ils se croient libres, opinion qui consiste en ce qu’ils sont conscients de leurs actions, et ignorants des causes qui les déterminent » [Spinoza, Ethique, II, 35, scolie] »(34).

Spinoza, un siècle après La Boétie, s’interroge lui-aussi sur l’aliénation, dès les premières lignes de "L’Ethique", « De la servitude humaine, ou de la force des affects » : « J’appelle Servitude l’impuissance humaine à diriger et à réprimer les affects ; soumis aux affects, en effet, l’homme ne relève pas de lui-même mais de la fortune ». Mais il propose comme on le voit une toute autre logique de l’aliénation, et une autre anthropologie de l’homme. Or l’expression "servitude volontaire" renvoie précisément à une conception fondée sur le libre-arbitre - et ce alors même que les thèses qui la posent comme « évidente », en raison de l’acte de participation de l’agent, contredisent cette conception par ailleurs : Dejours la conçoit d’abord comme acceptation sous contrainte ; Gori considère le consentement comme pseudo acceptation, en réalité mensongère, c’est-à-dire comme une « imposture ».

# Lire la suite de l'article... | Commentaires ?
Philosophie : I - Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas - Il faut lire Frédéric Lordon
Posté par pascale le 20-Jul-2011 (1905 lectures)

Il faut lire Frédéric LordonI - « Faire faire : La servitude volontaire n’existe pas »

La répétition de l’expression "servitude volontaire" amène Frédéric Lordon a postuler que c‘est un « relatif dénuement conceptuel qui conduit, faute d’autre chose, à ressasser la formule de la « servitude volontaire », oxymore sans doute suggestif mais qui, en soi (et indépendamment de l’œuvre éponyme) cache à peine ses malfaçons – celles mêmes d’un oxymore quand il s’agit de passer du poétique au théorique »(13). Pour lui, et contrairement aux vœux mêmes de ses propagateurs, la notion ressortit aux présupposés des nouvelles formes de management et d’organisation du travail, en laissant « les faits de « consentement » (là où ils existent) déstabiliser les concepts d’exploitation, d’aliénation et de domination » qui se voient « perturbés par les nouvelles tendances managériales qui « motivent », promettent « épanouissement au travail » et « réalisation de soi ». Plus encore à son sens, ce ressassement évoque une idée reçue - non pensée hors du champ des spécialistes, voire à l’intérieur même de ce champ - et risque, faute de « savoir exactement ce que consentir veut dire », d’être instrumentalisée en faveur d’une conception de l’homme stratège et maitre de ses intentions. S’il reconnait que la position des spécialistes qui, au départ, utilisent l’expression, est fondée sur une volonté de dénonciation de pratiques managériales délétères, pour lui, l’absence de fondements réflexifs la limite à n’« avoir d’autre portée que celle (…) d’un appel à un soulèvement de la conscience, ce qui n’est déjà pas mal », par défaut de recherche des causes de cet état de fait au travail, et plus précisément dans le rapport salarial.

# Lire la suite de l'article... | Commentaires ?
« 1 (2) 3 4 5 »

Langues

Info Articles
News Totals: 178
N°bre Catégories: 16
News lues: 666711

Les Dernieres News
· 1: Le mythe économique comme réalité illusoire
[Lectures: 2198]
· 2: Juste pour le plaisir... Une petite citation
[Lectures: 1555]
· 3: Choisir son maître n'est pas une liberté
[Lectures: 1063]
· 4: L'invention de la crise, escroquerie sur un futur en perdition
[Lectures: 1309]
· 5: Pour conclure - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1466]
· 6: III - Expliquer, c’est répondre à la question « pourquoi ? »Et les anciens semblent avoir une réponse plus rationnelle - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1455]
· 7: II - Quel est le pourquoi de l’esprit ? Comment penser l’émergence des phénomènes mentaux ? - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1402]
· 8: I - Quelques platitudes et généralités : Rapide historique - Finalité et intentionnalité
[Lectures: 1607]
· 9: Finalité et intentionnalité : Enquête sur l’interconnexion des problèmes de philosophie de la nature et ceux de l’esprit
[Lectures: 2774]
· 10: Références bibliographiques - Il faut lire Frédéric Lordon
[Lectures: 1569]

Les + Lues
· 1: Comment faire du vin soi-même ?
[Lectures: 154059]
· 2: La récupération commerciale de l’image de Che Guevara
[Lectures: 17095]
· 3: Harmonie Chaotique
[Lectures: 13836]
· 4: Adentro
[Lectures: 13188]
· 5: ¿Cuál es la diferencia entre República y Democracia?
[Lectures: 12414]
· 6: Comment choisir son vin ?
[Lectures: 11936]
· 7: Se solicita inspiración
[Lectures: 10675]
· 8: Somos todos cartesianos…
[Lectures: 10616]
· 9: Nous sommes le monde en devenir
[Lectures: 10104]
· 10: Doña Eulalia
[Lectures: 9788]

Derniers commentaires